Le calendrier

Publié le par Svetlina

Dès que l'homme a commencé à prendre conscience de la dimension Temps, il a cherché à se repérer dans cette dimension. Ce repérage s'est naturellement fait en fonction des grands cycles de la nature (comme les crues du Nil en Egypte), mais le plus souvent il s'est basé sur le mouvement des astres, en particulier le Soleil et la Lune.

Il existe trois grandes sortes de calendriers : les calendriers lunaires, les calendriers solaires, et les calendriers luni-solaires. Les calendriers lunaires se basent sur la révolution de la lune autour de la Terre, ce qui donne des mois d'environ 29 ou 30 jours. Les calendriers solaires se basent sur la révolution de la Terre autour du Soleil, ce qui donne des années de quatre saisons, d'une durée approximative de 365 jours. Enfin, les calendriers dits luni-solaires essaient d'associer les deux formes.


Les trois grandes religions monothéistes utilisent chacune un type de calendrier différent : Le Judaïsme utilise un calendrier luni-solaire, le Christianisme un calendrier solaire, et l'Islam un calendrier lunaire. Ce qui caractérise aussi un calendrier, c'est son commencement. Pour le Judaïsme, le commencement remonte à la date supposée de la création du monde (3761 av. J.-C.). Pour le Christianisme, il remonte au jour de naissance de Jésus tel qu'il a été calculé par le moine Denys le Petit en 532 (qui semble-t-il se serait trompé de quelques années dans ses calculs). L'ère islamique, appelée Egide, remonte au premier jour de la fuite de Mahomet à Médine (en 622). Reste enfin à définir le premier jour de l'année : pour le calendrier grégorien (notre calendrier actuel), il a été fixé au premier janvier par Charles IX en 1564 (avant cette date, le jour de l'an variait d'une région à l'autre).

Evolution du calendrier

Aujourd'hui, le calendrier "officiel" dans la plupart des pays occidentaux est le calendrier dit grégorien, du nom du pape Grégoire XIII qui l'a promulgué en 1582. Mais ce calendrier n'était que l'aboutissement de toute une série de calendriers depuis la Rome antique.

Numa Pompilius, le deuxième roi romain, a imposé un calendrier de type lunaire. L'année faisait 365 jours répartis en douze mois de 29 ou 30 jours qui commençaient à la nouvelle lune. Afin d'ajuster ces mois avec le cycle des saisons (et retomber sur les 365 jours de l'année solaire), on ajoutait un treizième mois tous les deux ans. Chaque mois était divisé en trois parties : les calendes, les nones et les ides. Chaque mois porte un nom inspiré d'une divinité romaine, par exemple : Martius dédié à Mars, ou Januarius dédié à Janus (Janvier).

Jules César réforma ce calendrier en 46 av. J.-C., sur les conseils de l'astrologue Sosigène d'Alexandrie. Partant de l'hypothèse (qui n'est pas tout à fait exacte) qu'une année dure 365,25 jours, il fut décidé que tous les quatre ans on aurait une année bissextile, avec un jour de plus, afin de réajuster le cycle officiel sur le cycle du Soleil. Ce calendrier porte le nom de "calendrier julien", en hommage à Jules César, qui dans la foulée ramène le premier jour de l'année au premier janvier (date d'entrée en fonction des consuls) et renomme le septième mois comme son prénom : Julius (Juillet). Auguste fera plus tard la même chose en renommant le huitième mois Augustus (août).


Jules César

Le calendrier grégorien

Mais le calendrier julien n'était pas exact, car en réalité, la terre ne tourne pas autour du soleil en 365,25 jours : il faut encore retirer 11 minutes et 14 secondes. Si ce décalage n'est pas vraiment visible sur une période de quelques années, il devient en revanche très important au cours des siècles et des millénaires. Si bien qu'au XVI° siècle, on avait un décalage de dix jours entre le calendrier civil et le cycle du Soleil ! Le pape Grégoire XIII imposa donc un nouveau calendrier, encore un peu plus complexe. L'année fait toujours 365 jours, sauf une année sur quatre dite bissextile qui en fait 366... sauf la première année de chaque siècle. Ainsi, 1700, 1800, 1900, qui logiquement auraient dû être bissextiles, ne l'ont pas été. C'est mieux, mais il reste un décalage, voila pourquoi la règle précédente ne doit s'appliquer que trois fois sur quatre. Ainsi, l'an 2000, qui selon la règle précédente n'aurait pas dû être bissextile, l'a été quand même... Avec ce système, le calendrier civil est désormais très proche du cycle du Soleil. Mais il subsiste toutefois un petit décalage de l'ordre d'une journée tous les 3000 ans environ... Ainsi, quand nous serons en l'an 4317, notre calendrier comptera un jour de trop (si toutefois nous n'avons pas changé de calendrier d'ici là).

Ce calendrier grégorien a été imposé à Rome, en Espagne et au Portugal en octobre 1582. On en a d'ailleurs profité pour faire un réajustement radical : on est passé directement du 4 octobre 1582 au 15 octobre 1582 :) La France a suivi quelques mois plus tard, puis les autres pays d'Europe dans les années et les siècles suivants. Notons qu'en Russie, le changement n'a été effectué qu'en 1918.


Grégoire XIII

Le calendrier chrétien

Le calendrier chrétien, c'est le calendrier grégorien, mais avec les fêtes en plus... ce qui le rend encore un peu plus compliqué. En effet, si certaines de ces fêtes sont à date fixe (comme Noël, la Toussaint, l'Epiphanie etc), la majorité des fêtes, en revanche, est à date mobile et varie en fonction de la date de Pâques. Ainsi :

Mercredi des Cendres (début du Carême) : quarante jours avant Pâques
Mardi gras : la veille du mercredi des Cendres (donc quarante et un jour avant Pâques)
Jeudi saint et Vendredi saint : jeudi et vendredi précédent Pâques
Jeudi de l'Ascension : le jeudi de la sixième semaine après Pâques
Pentecôte : le septième dimanche après Pâques

Chaque année, la date de Pâques est la suivante : le dimanche de Pâques est le premier dimanche qui suit la quatorzième nuit de la lunaison tombant le 21 mars ou immédiatement après. Sa date peut donc varier entre le 22 mars et le 25 avril. Il existe un petit système pour la calculer rapidement : le Comput. Nous étudierons éventuellement cela dans un prochain article.

Commenter cet article