Les 7 merveilles du monde antique

Publié le par Svetlina

L'année dernière, un riche industriel a proposé d'établir une nouvelle liste des grandes merveilles du monde. En effet, la liste traditionnelle regroupe des constructions humaines limitées dans l'espace et le temps : elles concernent uniquement le monde antique hellénistique. Et sur les sept, seules les pyramides de Gizeh existent encore aujourd'hui. L'idée était donc d'établir une nouvelle liste regroupant des constructions de tous les temps et de tous les continents. Avec des millions de votants, une première liste de 77 merveilles a été constituée, puis une seconde liste de 21 merveilles, et enfin les sept dernières comprenant notamment la cité troglodyte de Petra en Jordanie, le Taj Mahal en Inde, ou Machu Pichu au Pérou.

Mais revenons aujourd'hui sur les sept merveilles du monde antique. Le premier homme à avoir tenté de dresser une liste fut Hérodote, le premier historien grec, qui avait beaucoup voyagé. Mais sa liste ne comprenant que trois monuments. Elle fut augmentée au fil des siècles, notamment après la conquête de vastes territoires par Alexandre le Grand, et on atteint le chiffre sept à partir du III° siècle av. J.-C. Mais les sept merveilles d'alors ne sont pas celles que nous connaissons, bien qu'y retrouve quand même les pyramides d'Egypte, les jardins de Babylone et la statue de Zeus à Olympie. En fait, ce n'est qu'à partir du Moyen-âge que la liste des sept fameuses merveilles sera définitivement fixée.

De ces sept merveilles, seules les pyramides de Gizeh sont encore admirables. Les autres n'existent plus, victimes de tremblements de terre, d'incendie, ou de guerre... Pendant un temps, on a douté de l'existence réelle de tel ou tel monument. Mais il est avéré aujourd'hui que chacune de ces sept merveilles a réellement existé.

Les pyramides de Gizeh

Lieu : Gizeh (Egypte)
Date de construction : - 2500
Destruction : jamais
Points forts : le plus haut monument terrestre pendant 4000 ans (146 mètres à l'origine), le plus ancien bâtiment (4500 ans d'âge).
Description : On compte 80 pyramides en Egypte, celles dites de Gizeh sont au nombre de trois et sont l'oeuvre de trois pharaons : Khéops, Khéphren et Mykérinos. Chaque pyramide est un tombeau de l'un de ces trois pharaons. Ces pyramides ne sont qu'un élément d'un grand complexe religieux fait de temples, aujourd'hui en ruines. La plus grande des pyramides est celle de Khéops.
Construction : la grande pyramide (celle de Khéops) a été construite sur une durée de 23 ans. On ignore qui en fut l'architecte. Les plans en ont été tracés avec une extrême précision, afin d'assurer un équilibrage parfait, ce qui lui a permis de traverser les millénaires. Contrairement à une idée répandue, les ouvriers n'étaient pas des esclaves, mais des agriculteurs hors-saison.
Mystères : les mystères liés aux pyramides sont très nombreux. Tout d'abord leur construction : on ne sait toujours pas comment les Egyptiens ont pu monter des blocs de pierre pesant en moyenne 2,5 tonnes. Peut-être en faisant des rampes d'accès...



Les jardins suspendus de Babylone

Lieu : Babylone, Mésopotamie (actuelle Bagdad)
Date de construction : sous le règne de Nabuchodonosor (-605 à -562)
Destruction : il ne reste aujourd'hui plus que les fondations des palais de Babylone. Les pierres des palais ont été réutilisées au fil des siècles pour d'autres ouvrages.
Points forts : un système d'irrigation et de fontaines hyper perfectionné.
Description : Selon la description des auteurs antiques, ces jardins faisaient 120 mètres sur 120 mètres, ils étaient faits de terrasses, de canaux et de fontaines, en palier sur 25 mètres de haut. Ils se trouvaient juste au bord de l'Euphrate. L'eau qui alimentait les fontaines était élevée avec des vis d'archimède.
Construction : les jardins de Babylone auraient été commandés par Nabuchodonosor pour sa femme, car celle-ci avait la nostalgie des montagnes d'Iran, son pays natal. Le roi voulut donc lui en offrir une imitation.
Mystères : on ignore l'emplacement exact des jardins.



Le temps d'Artémis à Ephèse

Lieu : Ephèse (actuellement en Turquie, à l'époque territoire grec)
Date de construction : 550 av. J.-C.
Destruction : incendié criminellement par Erostrate en 326 av. J.-C.
Reconstruction : le temps a été reconstruit quelques décennies après l'incendie. Mais il n'en reste aujourd'hui plus que la fondation.
Points forts : des nombreuses colonnes très lourdes en marbre, qu'il a fallu acheminer, dresser, et disposer de façon à ce qu'elles soutiennent le toit.
Description : un temple de 110 mètres sur 55 mètres, bordé sur trois côtés de doubles colonnades.
Construction : par l'architecte Chersiphron puis son fils Métagénès. Les colonnes de marbres étaient encastrées dans de grandes roues en bois pour le déplacement.



La statue de Zeus à Olympie

Lieu : Olympie (Grèce)
Date de construction : 430 av. J.-C.
Destruction : la statue fut transportée à Constantinople en 391, soit 800 ans après sa création. Elle périt dans un incendie en 462.
Points forts : une statue géante de 13 mètres de haut.
Description : la statue représente Zeus assis, un sceptre à la main. La statue est entièrement en or et en ivoire, sur une base en marbre.
Construction : cette statue est l'oeuvre de Phidias, grand artiste sculpteur assisté d'artisans. Le trône sur lequel est assis Zeus est en lui-même un chef d'oeuvre, en or et en ivoire, représentant des scènes historiques et mythologiques.



Le mausolée d'Halicarnasse

Lieu : Bodrum (actuelle Turquie)
Date de construction : achevé en 353 av. J.-C.
Destruction : on ignore quand le mausolée s'est effondré. Ce qu'il en restait a été pillé aux XV° et XVI° siècles par les chevaliers de Saint Jean
Points forts : le mausolée était décoré de frises immenses, oeuvres de cinq sculpteurs, représentant deux grandes scènes mythologiques : la  batailles de Lapithes contre les Centaures, et la batailles des Grecs contre les Amazones.
Description : 38 mètres de long, 32 mètres de large, et 20 mètres de haut. Ce bâtiment fut construit pour être le tombeau de Mausole, roi de Carie. Il était probablement constitué de podiums à degrés, ornés de colonnades et des statues des sculpteurs. Le toit était de forme pyramidale.
Construction : commandé par Mausole, roi de Carie, qui a d'ailleurs donné son nom à ce type de tombeaux aux dimensions gigantesques : mausolée. Les statues sont l'oeuvre de cinq des plus grands artistes de l'époque. Quatre sculpteurs se sont occupés chacun d'un côté du bâtiment, et le cinquième fut chargé du quadrige qui surmontait le toit pyramidal.



Le colosse de Rhodes

Lieu : île de Rhodes (Grèce)
Date de construction : de -294 à -282
Destruction : renversé par un tremblement de terre en 226 av. J.-C.
Points forts : une immense statue tout en bronze.
Description : Il était fréquent, à cette époque, de placer une statue à l'entrée des ports pour impressionner les marins étrangers. Cette statue de bronze faisait 33 mètres de hauteur et représentait Hélios, Dieu du Soleil et patron de Rhodes. Le colosse était en position debout et droite, afin de garantir un bon équilibre.
Construction : La statue fut moulée par l'artiste Charès. Il la fondit d'un seul tenant, et son oeuvre exigea des quantités énormes de cuivre et d'étain (le bronze est un alliage de cuivre et d'étain), ce qui fut extrêmement long : le moulage de la statue ne progressait que de deux mètres par an.



Le phare d'Alexandrie

Lieu : Alexandrie (Egypte)
Date de construction : achevé en 283 av. J.-C.
Destruction : ébranlé par plusieurs séismes, il s'écroula définitivement en 1303 à la suite d'un tremblement de terre.
Point fort : le plus haut monument du monde antique, après la pyramide de Khéops.
Description : Le phare était constitué de trois parties. Une base carrée, un deuxième étage de forme octogonale, et enfin le sommet est circulaire entouré de colonnades. Sur son toit était érigée une statue de Zeus. Le feu brûlait probablement au troisième étage, au milieu des colonnes, ou peut-être devant la statue.
Construction : On ignore à peu près tout de sa construction. Il était fait de calcaire local et surtout de blocs de granite, très solides, pouvant atteindre 75 tonnes, et dont on retrouve certains spécimens aujourd'hui au fond du port.

Commenter cet article