O.M. Aivanhov - article 1

Publié le par Sol

Bonjour,

J'aimerais commencer un petit article, et même plusieurs articles, sur un homme, un guide spirituel, le maître Omraam Mikhaël Aivanhov. Pour moi, il fait partie des auteurs culte, ceux qui m'ont vraiment aidé à avancer, à y voir un peu plus clair dans la vie, dans le monde. A comprendre, à trouver un sens à tous ces souvenirs qui s'entassent, ces projets que l'on fait, à faire le lien entre la science, la poésie, l'art, la médecine. Je ne sais pas où j'en serais aujourd'hui, si je n'avais pas découvert cet enseignement, il y a deux ans.
Je me trouvais dans une grande bibliothèque, au rayon ésotérisme, comme d'habitude, car c'est mon premier centre d'intérêt. Mais je ne fréquente pas ces livres pour le simple plaisir de lire, non, je cherche toujours des réponses, des solutions. Quantre-vintgs dix-neuf fois sur cent, je repars bredouille. Je pensais avoir fait le tour, j'avais déjà exploré beaucoup de spiritualités, de philosophies, de religions même... Heureusement, je suis tombée sur un tout petit livre de poche : "Qu'est-ce qu'un fils de Dieu ?" de Mikhaël Aïvanhov. "Encore un qui va nous exposer sa théorie personnelle", ai-je pensé sans espoir. Et puis j'ai lu... et j'ai vraiment accroché. J'ai consacré les six mois qui ont suivi à lire ses ouvrages.
Depuis, j'ai continué d'explorer les voies de l'ésotérisme. Et je continuerai. Mais mes motivations ne sont plus les mêmes désormais. Car à présent, je sais que j'ai des outils entre les mains, qui me permettront toujours, quoiqu'il arrive, de savoir ce que je dois faire, comment prendre telle ou telle décision.
Ca fait longtemps que je voulais écrire des articles sur cet homme. D'autant plus que sur Internet, on ne trouve presque rien à son sujet. Hormi une brève présentation sur le site officiel de la FBU (la fondation qu'il a créée) qui, comme tous les sites officiels, consiste avant tout en une simple présentation/invitation. C'est bien, mais j'aimerais autre chose. Puisque cet autre chose n'existe pas encore sur le net, je vais m'y ateler moi-même. J'espère que ce travail sera utile à d'autres personnes.
Je ne souhaite pas faire une étude de son enseignement. Non, ce serait du temps perdu, un temps précieux qu'il vaudrait mieux consacrer à mettre en pratique cet enseignement. Je vais essayer de faire une présentation, la plus complète possible, mêlée à quelques réflexions personnelles, qui seront peut-être utiles à ceux qui découvrent cet homme, ou qui souhaitent le découvrir.

Ainsi, il y a longtemps que je souhaitais commencer cette présentation. Mais comment ? Plusieurs possibilités s'offraient. La plus banale : raconter la vie de l'homme, dresser sa biographie en quelque sorte. Intérêt très limité. La deuxième : présenter un par un les points essentiels de son enseignement. Mais ça aurait ressemblé à un gros mic-mac où le lecteur aurait perdu la tête. Aujourd'hui, je crois savoir comment présenter Mikhaël Aïvanhov. Je ne le présenterai pas comme un "maître spirituel", ni comme un "kabbaliste", bien que ces qualificatifs lui iraient à merveille. Je ne le présenterai pas non plus comme un "pédagogue", encore moins comme un "philosophe". Non. Omraam Mikhaël Aïvanhov, c'était avant tout un homme qui aimait profondément l'humanité, et qui voulait la rendre heureuse. Voila quel était son chemin, son but. Rendre les hommes heureux, ici et maintenant. Et il savait que le bonheur passe par la connaissance. Pas la connaissance intellectuelle, non, plutôt la connaissance-compréhension. Plus on comprend, moins on est perdu. Aïvanhov expliquait, décrivait, détaillait en profondeur les phénomènes physiques et psychiques. Et comme la théorie sans la pratique ne vaut rien, il donnait également un très grand nombre d'exercices, souvent très simples, accessibles à tous, pour que l'enseignement soit complet.





Je ne l'ai jamais rencontré (il est décédé en 1986), mais quand je pense à lui, ou quand je regarde ses photos, je le vois comme un bon Père, un vieux sage gentil, compréhensif, souriant, en qui l'on pouvait toujours avoir confiance. Un appui, un guide qui avait les épaules assez larges pour nous porter tous. Parfois dans mes prières, je le remercie.

Je place ce topic dans le salon "grands mouvements spirituels", car Aïvanhov est indissociable de la Fraternité Blanche Universelle (à ne pas confondre avec d'autres grands mouvements au nom assez similaire, mais beaucoup moins spirituels), fondation qu'il a créée dans le but de donner un support physique à son enseignement. L'association existe toujours. Je n'en fais pas partie, je n'en parlerai donc pas d'avantage.

Courte biographie

La biographie n'est pas tellement importante, mais certains aspects de sa vie sont quand même bons à connaître. Aïvanhov est né en Bulgarie en 1900. Très tôt attiré par la vie spirituelle, il lit une grande quantité de livres ésotériques, tout ce qui lui passe sous la main. A 17 ans, il fait la rencontre du maître Peter Deunov, grand Initié bulgare. Deunov, très populaire en Bulgarie, était un homme d'une immense culture, qui avait étudié aux Etats-Unis, et qui était un virtuose du violon. Il dispensait son enseignement chez lui, tout simplement, dans sa cuisine, autour d'une table devant la cheminée. On raconte que les gens s'entassaient par centaines et par milliers autour de sa maison, dans l'espoir de recueillir quelques unes de ses paroles.
Aïvanhov fut son élève pendant près de vingt ans. Contraiment à la plupart, Aïvanhov était très discret. Fidèle aux paroles de Jésus "Les premiers seront les derniers", Aïvanhov se tenait toujours à l'écart, loin de la foule, près de la porte des salles de conférences, avec son petit carnet de notes. Personne ne faisait attention à lui. Personne ? Si ! Peter Deunov, lui, remarqua bien vite ce jeune homme si discret, et en fit l'un de ses principaux disciples. Dans les années 30, il le choisit pour dispenser son enseignement en France.

Aivanhov, lors de son arrivée en France

C'est ainsi qu'Aïvanhov débarqua en France... pour cinquante ans. Cinquante années consacrées à donner plusieurs milliers de conférences, toujours sans notes, improvisées. Il chargea l'une de ses élèves d'enregistrer les conférences et de les compiler en livres. Aïvanhov, lui, n'a presque rien écrit de sa main, son enseignement était presque uniquement oral.
Je suis obligée de mentionner un passage douloureux de sa vie. Son succès grandissant, les jalousies et les attaques furent nombreuses. Il fut accusé de viol sur la base de faux témoignages, et fut incarcéré plusieurs mois, avant que la vérité ne soit rétablie au grand jour, et qu'on le lave de tout soupçon. Etrange affaire, mêlée d'occultisme, car il semblerait que ses "adversaires" étaient eux aussi très versés ésotérisme. Tout le reste de sa vie, Aïvanhov reçut des lettres de remerciements de ses anciens co-détenus. En effet, il avait profité de ce séjour forcé pour aider les malheureux prisonniers, les condamnés, et les soutenir dans leur souffrance. J'ai dit que j'étais "obligée" de mentionner ce passage sombre de sa vie, afin de prévenir toute attaque éventuelle. Car aujourd'hui, Aïvanhov a encore de nombreux détracteurs, mais pour des raisons tout à fait différentes, dont nous parlerons dans un autre message.
Il part ensuite en Inde, à la rencontre de plusieurs grands maîtres qui le reconnaissent comme un des leurs, notamment Neem Karoli Baba qui lui donne le nom de "Omram". Frère Ivanhov devient Omraam Mikhaël Aïvanhov (la lettre A est ajoutée à son nom).
Afin de donner un support physique à son enseignement, il créa une organisation : la FBU (Fraternité Blanche Universelle), qui se veut le prolongement de l'école du maître Peter Deunov. Elle a son siège (aujourd'hui encore) à Fréjus, dans les Alpes. En effet, Aïvanhov était très proche de la montagne, il partageait son temps entre les Alpes et les Pyrénées.
Il s'est éteint (physiquement) en 1986. Paix à son âme.

Voila pour ce soir. J'espère que ce texte vous aura donné envie d'en savoir plus. Dans un prochain message, nous pourrons entrer dans le vif du sujet

La suite : article 2.







Commenter cet article