O.M. Aivanhov - article 2

Publié le par Sol

Note préalable : cet article faite partie d'une série de cinq articles. Celui-ci est le deuxième, je vous invite donc tout d'abord, si ce n'est déjà fait, à lire le premier.

Un enseignement pour les Occidentaux


Avant tout, M.Aïvanhov s'adresse à des Occidentaux. C'est un fait important. Selon lui, chaque individu est différent selon qu'il est européen, africain, chinois ou même hindou. Et une école n'est pas forcément adaptée à tout le monde. Ce n'est pas parce qu'aujourd'hui, les spiritualistes ont tendance à ne jurer que par l'Inde, que l'Inde est la seule voie possible, ni qu'elle est adaptée à tout le monde. M.Aïvanhov déconseille les pratiques venues du bout du monde. Primo, parce qu'il est très difficile de trouver un instructeur compétent (de pratiques orientales) en Occident, secondo parce que ces écoles ne sont pas forcément adaptées à nous, et surtout, parce que nous avons déjà tout ce dont nous avons besoin en la personne de Jésus. En effet, M.Aïvanhov est avant tout un chrétien. Ni catholique, ni protestant, ni orthodoxe ni quoi que ce soit, il n'adhère à aucune religion, à aucune confession. Pour lui, un chrétien est un homme qui applique l'enseignement du Christ, tout simplement. Et, toujours selon lui, Jésus a dit tout ce qu'il y avait à dire, et il n'est pas nécessaire d'aller chercher ailleurs. Ce qui ne veut pas dire qu'on ne peut pas s'appuyer sur d'autres courants spirituels pour mieux le comprendre. M.Aïvanhov lui-même parle beaucoup d'alchimie, de kabbale, d'astrologie. Mais toujours, il en revient à Jésus, l'un des plus grands Initiés de tous les temps.

Ainsi, son enseignement est prévu pour les Occidentaux, et même plus : pour tous les Occidentaux. C'est à dire qu'il n'est pas réservé à une élite. C'est un fait nouveau dans l'ésotérisme, depuis disons le XIX° siècle. Autrefois, les écoles étaient rares, et réservées à des élèves qui s'en montraient dignes. Ne devenait pas disciple qui voulait. Ou alors il fallait vouloir beaucoup. Les épreuves étaient longues et nombreuses, il fallait souvent plusieurs années avant d'avoir le droit de postuler. Et la plupart des postulants n'étaient pas admis. Tout ça pour accéder à des connaissances qui, aujourd'hui, se trouvent dans n'importe quelle bibliothèque. Mais encore faut-il être capable de les comprendre. Puisque le propre de l'ésotérisme est d'être caché (éso = caché), peut-on encore parler d'ésotérisme aujourd'hui ?

Quoiqu'il en soit, l'enseignement de M.Aïvanhov n'est pas secret, il s'adresse à vous, à moi, à tout le monde. En contrepartie, il ne faut pas s'attendre à y trouver des révélations sublîmes, ni à atteindre l'Eveil. Eh oui, désolée pour les amateurs de sensations ou de transformations subites, mais son enseignement ne vous amènera pas à la grande Libération. Mais ne soyons pas déçus, car cet Enseingement, si on l'applique, peut déjà nous mener loin, très très loin sur le chemin de l'évolution. Il nous fera gravir de nombreuses marches. Et puis il ne présente aucun danger. M.Aïvanhov répond lui-même de ceux qui appliquent ses conseils. Par contre, prévient-il aussitôt, si on s'essaie aux arts occultes, "je ne réponds plus de vous". Plusieurs de ses conférences détaillent longuement les innombrables dangers de la magie, du spiritisme, et même (c'est moins courant) de la Kabbale.

Autre point : l'enseignement de M.Aïvanhov est extrêmement simple. Tout le monde peut le comprendre ! Je suis certaine que même un enfant serait à l'aise. Pas de termes compliqués, pas de fantaisies de style, pas de références à telle ou telle philosophie. Là encore, cette étonnante simplicité pourrait dérouter, et l'on serait tenté de se dire, en bon Occidental : "Je suis capable de faire mieux, j'ai déjà dépassé tout ça, je vais m'orienter vers des sagesses plus sophistiquées". Erreur. Cette simplicité cache un système très abouti, où tout se tient, où tout est à sa place. Il y a de la poésie dans sa manière de parler, mais aussi beaucoup de rigueur. Quant aux multiples exercices qu'il préconise, pour tous les appliquer correctement et vivre la "journée idéale du disciple", il faudrait compter des années et des années.

Pour résumer ce point, je dirai donc que M.Aïvanhov donne des explications simples et des exercices faciles, mais toutes ces explications imbriquées les unes aux autres forment un système lumineux, et tous ces exercices pratiqués quotidiennement purifient l'âme et le corps.

Le Royaume de Dieu et la Lumière

Jusqu'à présent, je n'ai toujours pas dit de quoi il était question. Comment procéder ? Je crois que la meilleure manière de définir un courant spirituel ou religieux, c'est de poser quels en sont la fin et le moyen. La fin, c'est à dire le but suprême, l'objectif, et le moyen, c'est à dire la méthode. Par exemple, la fin du bouddhisme (primitif du moins) c'est le Nirvana (l'Eveil), et le moyen c'est la pratique de l'Octuple Noble Voie. La fin du catholicisme est de gagner le Paradis après la mort, et le moyen c'est de faire le bien. La fin de l'alchimie est de transmuter le plomb en or, le moyen en est l'action prolongée du feu (c'est symbolique bien sûr). Eh bien, voila ce que je dirai à propos de l'enseignement de M.Aïvanhov :
Fin : Le Royaume de Dieu
Moyen : La Lumière

La Lumière. Si on devait résumer toute sa parole en un seul mot, ce serait le mot Lumière. Il ne se passe pas un seul chapitre sans que ce mot ne soit cité. Il ne s'agit pas seulement de cette lumière physique qui éclaire les choses autour de nous, il s'agit surtout du concept Lumière, du principe Lumière. C'est la Lumière qui permet de purifier notre psychisme, la Lumière qui fait fuir les créatures ténébreuses qui nous manipulent, et qui attire les créatures lumineuses des mondes célestes. Seule la Lumière va nous permettre de voir en nous, à l'intérieur, d'éclairer les zones sombres. Le simple fait de penser très fort à la Lumière fait déjà beaucoup d'effets.
En cela cet enseignement est très proche de l'alchimie. C'est même une alchimie à lui tout seul, c'est l'Ars Magna, le Grand Oeuvre, dans lequel on transmute le plomb en or avec du feu. Ici on transmute l'homme ordinaire, on purifie son âme, on la fait grandir par le simple effet de la Lumière (qui vient du Feu) pour en faire un homme régénéré et nouveau.
M.Aïvanhov donne de nombreuses méthodes pour développer cette Lumière intérieure. Mais le plus important est de bien comprendre tout ce qu'il y a derrière ce mot, la Lumière. Rappelons-nous l'une des premières phrases de la Bible, quand Dieu a créé le Monde, il a commencé par demander la Lumière "Et la Lumière fut" !

Et la fin, c'est le Royaume de Dieu. Mais qu'est ce que le Royaume de Dieu ? Depuis deux mille ans, les Chrétiens répètent le Pater Noster, la prière de Jésus, qui demande au début : "Que ton règne vienne". Mais à part le demander, que font-ils pour que ce règne vienne ? Que faisons-nous pour faire venir le Royaume de Dieu ? Un monde où l'altruisme règnerait, où l'Amour des autres et de Dieu passerait avant tout.
Ce n'est donc pas une fin personnelle. On ne cherche pas à s'éveiller, car l'Eveil viendra de lui-même. L'Eveil reste un objectif que l'on garde, mais on ne se concentre pas dessus. On travaille avant tout pour les autres. Bien sûr, on ne peut pas vivre juste pour les autres. M.Aïvanhov le précise bien, chaque être évolue avant tout pour soi. Mais il ne faut pas confondre ce Soi avec l'Ego. Quand on fait du bien aux autres, on se fait du bien à Soi, mais pas à l'égo. C'est l'une des clés de son enseignement, nous y reviendrons plus tard. Juste pour préciser pour le moment que le but suprême de M.Aïvanhov, ce serait une humanité harmonieuse et équilibrée. En aimant les autres, on donne la primauté au Soi. Seul l'Amour nous permettra d'embrasser l'Univers, et d'aller au bout du chemin.

La suite : article 3.

Commenter cet article