O.M. Aivanhov - article 4

Publié le par Sol

Note préalable : cet article est le quatrième d'une série de cinq articles. Je vous invite donc, si ce n'est déjà fait, à d'abord les précédents : article 1, article 2, article 3.

L'ARBRE DE LA VIE


La clé numéro 1 de l'Enseignement de M.Aïvanhov, c'est l'Arbre de la Vie, encore appelé Arbre séphirotique ou Arbre kabbalistique. Il n'en est bien évidemment pas l'auteur, puisque cet Arbre, dans son essence, a toujours existé. Ce sont les Kabbalistes juifs, au milieu du Moyen-Age, qui l'ont "mis à jour" en quelque sorte.
M.Aïvanhov conseille de toujours méditer sur l'Arbre, chaque jour, toute la vie, afin de faire pousser cet Arbre en nous. C'est la figure la plus parfaite et la plus complète qui soit, elle permet de tout comprendre, et ses applications sont infinies.

Notions élémentaires

Difficile de parler des applications de l'Arbre si, dès le départ, on ne sait rien de cet Arbre. Mais comprendre cet Arbre, quand on lit les ouvrages de Kabbale, relève de l'exploit. D'une part ces livres sont très hermétiques (personnellement j'ai toujours renoncé au bout de quelques pages), et d'autre part, ils ne présentent pas les mêmes notions sur l'Arbre. Parfois ils se contredisent même (en apparence du moins) ! Ici telle séphira reflète telle vertu, dans tel autre livre elle refllète telle autre vertu... S'en sortir seul, sans guide, est presque impossible. Notons enfin que certains Kabbalistes ne se servent pas du tout de l'Arbre (précision importante, car beaucoup pensent que toute la Kabbale se résume à cet Arbre). Autre précision : il semblerait que M.Aïvanhov soit beaucoup plus influencé par la kabbale chrétienne que par la kabbale juive.
Ici, je vais donc exposer rapidement les enseignements de M.Aïvanhov, qui est un Kabbaliste parmi beaucoup d'autres, et qui propose un système parfaitement cohérent, et surtout compréhensible pour un non initié.


1 Kéther, 2 Hokmah, 3 Binah, 4 Hessed, 5 Guébourah, 6 Tiphéreth, 7Netzah, 8 Hod, 9 Iesod, 10 Malkouth

Sur ce "dessin", chaque cercle est appelé Séphira (Séphiroth au pluriel). Qu'est ce qu'une séphira ? Difficile à traduire. Littéralement : une Numération. Mais on pourrait aussi bien dire un Centre de Vie, une Qualité, une Sphère céleste, etc... Elles sont au nombre de 10, nombre de la complétude, comme les dix doigts de la main. Pour les astrologues, sachez qu'à chaque séphira est associée une planète. Ainsi à la séphira Gébourah est associée Mars : en l'occurence Guébourah c'est la Force (qualité propre à Mars). Les séphiroths s'organisent en différents groupes, horizontalement et verticalement.
Horizontalement, on a trois colonnes, trois piliers. A droite le pilier Masculin, de la Clémence. A gauche le pilier Féminin, de la rigueur. Vous serez certainement étonnés : pourquoi la rigueur serait-elle féminine, et la clémence masculine ? N'est-ce pas plutôt le contraire ? Les femmes ne sont-elles pas plus douces et indulgentes que les hommes ? J'ai mis personnellement beaucoup de temps avant de comprendre ce que signifaient les concepts Masculin et Féminin. Le problème, c'est qu'on est conditionné par des stéréotypes, et il faut s'en détacher. Regardons la Nature, être féminin par exellence : elle est extrêmement rigoureuse, et punit bien vite tous ceux qui ne respectent pas sa loi.
Verticalement, on distingue quatre "mondes". En bas le monde physique, constitué de la simple séphira Malkouth. Au dessus, la triade Iesod-Hod-Netzah forme le monde psychique. Au dessus, la triade Tiphéreth-Gébourah-Hessed forme le monde spirituel, et enfin la triade ultime Binah-Hokmah-Kether forme le monde divin. Ces mondes sont présents dans l'Univers ainsi que dans l'homme (puisque l'Homme est à l'image de l'Univers).

Constitution occulte de l'Homme

Ainsi, l'Homme est à l'image de l'Arbre : il possède un corps, une âme et un esprit. Selon les courants ésotériques, certains appellent "âme" ce que d'autres appellent "esprit" et réciproquement. Le principal est que l'ensemble forme un tout cohérent. On peut comparer l'homme a un oeuf. L'Esprit, c'est le jaune, le noyau. L'âme, c'est le blanc. Et le corps, c'est la coquille. L'Esprit est éternel, pur et parfait. L'âme est appelée à évoluer. Le corps est périssable. On retrouve ces trois composantes sur l'Arbre de la Vie : le corps correspond au monde physique, l'âme au monde psychique, et l'Esprit au monde spirituel. Cette trinité se retrouve d'ailleurs un peu partout, par exemple dans l'alchimie (mercure-souffre-sel).
Ces différents corps se divisent à leur tour en d'autres corps, mais nous verrons cela plus tard, car la constitution de l'homme est la clé numéro 2 de son Enseignement.

Condensation de la Matière

Venons-en à la notion la plus importante : la condensation de la Matière. Tout est fait de Matière. Mais par "Matière", il ne faut pas entendre cette "matière" palpable et concrète dont on parle d'habitude. Non, cette matière n'est que la condensation la plus dense et la plus lourde de la vraie Matière qui constitue tout l'univers. Ainsi, les pensées sont faites de Matière. Les pensées, les âmes, les rêves, les idées, etc... Mais plus on monte dans l'Arbre, plus cette Matière est subtile.
Ainsi, toute pensée est appelée à descendre dans le monde physique. Voila pourquoi il vaut mieux surveiller ce qui nous passe dans la tête. Si l'on entretient une pensée négative, une vengence, une haine, on peut être certain que cette pensée se réalisera. Même si par la suite on l'abandonne. La pensée continuera son chemin, ira se nourrir dans une autre âme, jusque au jour elle se matérialisera pour de bon.
Les Idées aussi sont faites de matière. Mais infiniment plus subtile, car le monde des Idées est celui des séphiroths supérieurs, de la triade ultime. M.Aïvanhov conseille de se lier aux Idées positives et lumineuses. Comment ? En se concentrant sur elles d'une part, et en essayant de les réaliser d'autre part. Et la plus haute Idée, la plus sublime qui soit, c'est l'Idée du Royaume de Dieu.
Les Egrégores aussi sont des entités qui évoluent quelque part sur l'Arbre, dans le monde psychique.

Les hiérarchies angéliques

Pour M.Aïvanhov, il est bien prétentieux de croire qu'en dehors des êtres vivants "concrets" et Dieu, il n'existe pas de créatures. En réalité, ces créatures sont des milliards, elles peuplent les différentes régions de l'Arbre de Vie. Les plus proches de nous sont les Anges, de la séphira Iesod (séphira qui est juste après le monde physique). Au dessus (dans la séphira Hod) sont les Archanges (par abus de langage, on appelle aussi "archange" le chef d'une hiérarchie angélique), puis les Principautés, et ainsi de suite jusqu'aux Chérubins (Hokmah) et aux Séraphins (Kether).
M.Aïvanhov conseille sans cesse de se lier à ces créatures lumineuses. La meilleure chose à faire le matin, quand on ouvre les yeux, est de prononcer leurs noms, afin de s'attirer leurs grâces.
Il précise également qu'aucun être humain n'a jamais conversé avec Dieu. Personne ne l'a vu, pas même Moïse ni Jésus. Car la seule créature qui voit véritablement Dieu en face, c'est Métatron, chef des Séraphins, de la séphira Kether, la plus élevée. Tous les Initiés ont parlé avec des Anges, le plus souvent Gabriel. Il ne faut donc pas s'imaginer que Dieu nous entendra. Bien sûr on peut lui parler, il faut le faire même, mais on doit avoir à l'esprit que notre prière sera "captée" par des entités plus proches de nous. Quelles entités ? Probablement des anges. Des Archanges peut-être, si nous sommes très purs. Mais certainement pas des créatures des hiérarchies supérieures (inutile d'espérer discuter avec un Chérubin !).

Le Chemin

L'une des applications les plus connues de cet Arbre, c'est d'y voir le Chemin, l'Evolution. Le disciple commence à Malkouth, et il gravit une à une toutes les séphiroths. On dit que seulement 18 personnes, dans l'histoire de l'humanité, ont atteint la séphira ultime, Kether. Concentrons-nous sur deux "étapes" : Iesod et Binah.

Iesod est la deuxième séphira en partant du bas, et donc la première marche à gravir (nous sommes déjà sur Malkouth). Iesod signifie "fondement", "base". Et la qualité de Iesod, c'est la pureté. Car la pureté est la base de tout. En purifiant notre âme (l'âme évolue au niveau de Iesod), nous polissons en quelque sorte un joyau intérieur, on le rend de plus en plus transparent. Et cette transparence permettra à la lumière de passer de Tiphéreth (le Soleil) à Malkouth (le réceptacle). Cette pureté fera pleuvoir sur nous toutes les vertus des séphiroths supérieures.

Binah est la première séphira du monde divin. C'est là que l'homme s'affranchit définitivement de son Karma. Voilà pourquoi Binah est encore appelée le "Territoire de la stabilité". Tant que l'homme se situe au-dessous, il a toujours le risque de dégringoler, et de retomber dans la loi des causes et des conséquences. La grande Libération commence donc avec Binah.

La Chute et l'Evolution

Adam et Eve vivaient au jardin d'Eden, intérieurement ils étaient très évolués. Mais pas parfaits. Sur l'Arbre de Vie, le Jardin d'Eden, c'est Hessed, qui comme on peut le constater est la dernière séphira du monde spirituel, juste avant Binah. Ils n'étaient donc pas encore entrés dans le territoire de la stabilité. Ce n'était pas pour tout de suite, mais Dieu allait bientôt leur en indiquer le chemin. Puis le serpent est arrivé en s'enroulant autour de l'Arbre de la Vie, et ils ont goûté au fruit de la Connaissance, entraînant leur chute jusqu'au niveau de Malkouth. Voila une idée importante : nous avançons pour retrouver une félicité perdue. Nous ne faisons que remonter une pente, alors qu'au commencement nous étions en haut. Il ne s'agit donc pas d'une simple évolution, mais d'une involution suivie d'une évolution.
Par chance, nous avons gardé le souvenir de cet Eden. Au fond de nous, cet état sublime est toujours là, latent, et il ne demande qu'à s'exprimer. Le jour où nous en serons capables, nous aurons retrouvé Hessed. Et à ce moment-là, espérons-le, nous éviterons de chuter une deuxième fois, et nous franchirons définitivement le gouffre qui sépare Hessed de Binah. Nous serons alors sur les territoires de la stabilité, heureux pour l'éternité


Et pour terminer sur ce point, j'aime beaucoup l'étude que M.Aïvanhov a fait du Pater Noster, la prière de Jésus. Il associe à chaque séphira l'une des dix phrases de cette prière. Le dessin ci-dessous a été posté par Garf dans le salon ufologie, je le reprends ici, car il est très bien fait, et on peut y lire les différents passages de la prière



La suite : article 5.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jacques 24/09/2015 00:54

Très bon .. et assez juste .. Mais Omraam Mikhael Aïvanov n'est pas un Kabbalistique , mais bien un grand Maître spirituel . En fait , on dit qu'il aurait été dans le passé , dans une vie antérieur Hermès Trismégiste , et aurait été l'auteur de la caducée d'Hermès . En plus on l'associe encore une fois au grand sage Vyasa Deva a l'époque du Mahabaratha hindou .. plus correctement les védas . j'aimes rajouté l'importance des 50 portes de Binah auquel le disciple doit apporté une grande attention .