Les Templiers : ésotérisme ou non ?

Publié le par Sol

Les dix siècles d'histoire médiévale de l'Eglise regorgent de mystères, de mythes, de légendes, toujours liés au Christ, et presque toujours liés à des ordres monastiques, à des saints, à des chercheurs de Dieu... Parmi ces grands ordres monastiques : les Templiers, aujourd'hui plus que jamais à la mode, grâce à (ou à cause de) toute une littérature plus ou moins commerciale, plus ou moins historique, et pas du tout ésotérique... (je ne citerai pas de titres !)

La grande question qui nous intéresse est : L'ordre du Temple était-il une organisation ésotérique ? Dès le départ, tous les ingrédients sont réunis pour semer le mystère, et nous plonger dans les couloirs les plus intrigants du milieu Moyen-Age :

1/ Un Ordre tout à fait nouveau
Des ordres monastiques, il y en eut beaucoup avant, et il y en eut beaucoup après. La différence, c'est que l'Ordre du Temple fut le premier à fusionner le moine et le soldat en un seul et même personnage. "Moine-soldat" : voilà ce qu'est un Templier. Leur fonction était de protéger les pélerins de Jérusalem. Car rappelons-le, nous sommes à un moment de l'histoire où les Chrétiens occupent Jérusalem, la ville sainte, après leur croisade victorieuse. Les Templiers logeaient dans le temple même de Salomon, d'où leur nom. Ces moines portaient les armes, dans un but de défense certes, mais ils les portaient. Auparavant, l'idée qu'un homme de Dieu pût ne serait-ce que toucher une épée, semblait déjà scandaleuse ! Rappelons-nous cette parole de Jésus : "Celui qui vit par l'épée périra par l'épée".

Hugues de Payns, premier grand maître de l'ordre


2/ Le chapeautage de Saint Bernard
L'Ordre du Temple est lié à l'une des plus grandes figures de l'Eglise : Saint Bernard. Saint Bernard, personnage représentatif d'un autre ordre monastique extrêmement célèbre et apprécié : Citeaux. Saint Bernard, auteur de la fameuse prière, toujours récitée aujourd'hui par les catholiques : "Souvenez-vous Marie..." C'est lui qui fut appelé par Hugues de Payns, le fondateur de l'Ordre, et pour deux raisons. La première : les futurs Templiers avaient besoin d'une justification spirituelle. Ce n'était pas des guerriers, c'était des moines guerriers... Etaient-ils en accord avec les préceptes du Christ ? Obtiendraient-ils leur Salut en vivant armés d'épées et de boucliers ? Saint Bernard, d'abord hostile à la création de l'Ordre, se laissa convaincre, et rassura Hugues de Payns et ses amis sur leur dessein. La deuxième raison de la présence de Bernard, c'est qu'il était un personnage clé dans le paysage de l'Eglise. Il constituerait un appui considérable pour obtenir l'autorisation du Pape, autorisation nécessaire à la formation de tout ordre monastique.

Saint Bernard


3/ La curieuse condamnation
Jérusalem étant retombée entièrement aux mains des Musulmans, les Templiers n'avaient plus de raison d'être. Ils revinrent en Europe, et jouèrent un rôle politique déterminant. C'était désormais un ordre puissant, trop puissant sans doute, aux yeux des rois et des papes de l'époque. Toute une atmosphère angoissante entoure leur condamnation. On les fit arrêter tous, et on leur fit avouer les crimes horribles auxquels ils se livraient : ils crachaient sur la croix du Christ, étaient opposés à l'Eglise, et pratiquaient la sodomie ! Rappelons bien sûr que tous ces aveux furent obtenus sous la torture, pratique courante à l'époque. Il n'y a donc aucun crédit à leur apporter. Mais au Moyen-Age, c'était une habitude. Et un homme qui revenait sur ses aveux après la torture, était accusé d'hérésie ! Cet épisode arrivait à un moment de grands troubles dans le Royaume, et même dans l'Europe entière, et les Templiers furent en quelque sorte les victimes de toutes ces querelles. Ils furent arrêtés, et certains condamnés au bûcher, notamment Jacques de Mollay, le dernier grand Maître de l'Ordre.

4/ Le trésor disparu
Ils étaient puissants, mais pas autant qu'on le dit. De même, leur fortune n'était pas aussi élevée qu'on le croit. Quoiqu'il en soit on ne l'a jamais retrouvée. Ce fameux trésor est-il un mythe ? N'a-t-il pas été volé par l'Eglise ou le Royaume ? Les questions planent, et de nombreux chercheurs de trésors ont rêvé de mettre la main dessus. Au début du XX siècle, un petit curé, l'abbé Saunière, a été muté dans une paroisse près de Carcassonne, dans le village désormais célèbre de Rennes le Château. Et du jour au lendemain, le petit curé est devenu immensément riche, sans raison apparente. Beaucoup prétendent qu'il a découvert le trésor du Temple (nous allons voir par la suite que les Templiers étaient proches des Cathares, et Carcassonne était en territoire cathare).

5/ La malédiction du Roi et du Pape
Le dernier Grand Maître de l'Ordre des Chevaliers du Temple, Jacques de Mollay, périt sur le bûcher, condamné par le Roi de France Philipe Le Bel et par le pape Clément V (un français, ex-archevêque de Bordeaux). Or cette même année, le Roi et le Pape trouvèrent la mort. Le peuple n'eut besoin de rien d'autre pour en conclure qu'il s'agissait d'une punition du Ciel. Thèse aujourd'hui encore très à la mode, puisqu'on en fait des films pour la télé (voir les Rois maudits !)

6/ La régle souterraine
Tous les ordres monastiques ont leur Règle, souvent rédigée par un grand Saint : la règle de Saint Benoît pour les bénédictins, de Saint François pour les Franciscains, de Saint Dominique pour les Dominicains, etc... Une règle est en quelque sorte un code de conduite, une suite d'articles qui explique de façon détaillée la vie quotidienne pour les membres de l'ordre. Les Templiers, comme tous les autres, avaient donc leur règle, écrite en grande partie par Saint Bernard. Seulement, on prétent qu'ils n'en avaient pas une, mais deux ! Et la deuxième était très étrange, on la qualifie souvent d'ésotérique, ou d'anti-religieuse... On y expliquait comment les moines devaient cracher sur la croix, et renier l'Eglise. Ils gardaient foi en Jésus, mais pas en l'Eglise catholique. Mais... il y a un mais... Il s'avère aujourd'hui que cette règle est un faux, une tromperie, rédigée par on ne sait qui deux siècles après la dissolution de l'ordre. Pourtant, cette règle a été mise en avant bien des fois, par des spécialistes de la question, et par tous les ésotérologues. Le fait que cette deuxième règle "underground" soit un faux, est un solide contre-argument à la thèse de l'ésotérisme templier.

7/ Le lien avec les cathares
Les Templiers étaient proches d'un très grand mouvement spirituel du Moyen-Age : le catharisme. Sujet qui mériterait lui aussi un topic à part entière. Les Cathares, localisés notamment (mais pas seulement) dans le Midi de la France, étaient des chrétiens "manichéens", et bien sûr opposés à l'Eglise... Ils furent massacrés, lors de la fameuse "Croisade des Albigeois", la seule croisade qui ait eu lieu sur un territoire chrétien.

8/ Les Francs-Maçons et les ésotérologues
On sait que les Franc-Maçons sont, à l'origine du moins, des bâtisseurs, des constructeurs, pour qui la construction par exellence, la plus parfaite de toutes, est le Temple de Salomon. On sait aussi que les Templiers, à Jérusalem, logeaient dans ce temple... Le rapprochement est direct. C'est surtout le chevalier de Ramsay, franc-maçon du XVIIIème siècle, qui est à l'origine de cette idée selon laquelle la Franc-Maçonnerie est la fille de l'Ordre du Temple. On peut affirmer de façon quasi certaine que c'est une pure invention.
Les Franc-Maçons sont loin d'être les seuls à se donner telle filiation. Beaucoup de sectes se réclament des chevaliers du Temple.
Pour terminer, précisons que nombre de spécialistes, qu'ils soient historiens ou ésotérologues (René guénon par exemple) ont contribué, sans doute par manque d'informations, au mythe du Temple. En particulier à cause de cette fameuse fausse règle ésotérique, dont on ne sait que depuis peu (années 80) qu'elle n'est pas authentique.

Alors à la question du départ : les Templiers étaient-ils une organisation ésotérique ? Personnellement, je dirai que non... Cela peut décevoir beaucoup de gens. Car on aime bien les mystères, les trésors cachés, les secrets ancestraux. Tout ceci existe bien sûr, l'humanité a ses mystères, mais pas forcément où on le croit. L'oeuvre de Jésus est un profond mystère. Mais ce mystère, ce n'est pas en allant fouiller dans l'histoire de l'Eglise, dans les archives du Vatican, ni dans le jardin de l'abbé Saunière qu'on va le découvrir. J'ai dit que je ne citerai pas de titres de livres, et je m'y tiendrai. Le but de ce message n'était pas de démonter un roman commercial, mais d'essayer d'apporter un peu de lumière sur cet ordre fascinant. Oui, fascinant, car même si on oublie ce trésor caché et cette règle falsifiée, les Templiers restent l'une des pages les plus intrigantes de l'histoire de l'Eglise, et de l'histoire du Moyen-Age.

Pour en savoir plus :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_du_Temple
http://www.templiers.net/

A bientôt,
Sol

Commenter cet article

EOLE 22/01/2011 07:30



Nous travaillons sur les Templiers du Pays d'Arles.


Amitiés



nj2005 25/04/2007 13:37

Le chevalier templierIl fut obligé à dénier le Christ,à cracher, à piétiner la croix,à embrasser la bouche, à embrasser l'anus, à embrasser le nombril,à embrasser les parties génitalesà embrasser les piedsde l'officiant du temple.Il fut obligé à assister au conclave secretà délaisser son Sauveur,à plutôt vénérer un chat,à pratiquer des vices contre-natureà adorer des idoles en forme de tête,à adorer des idoles à trois visagesà vénérer des idoles à deux visagesà prier des idoles à un visageà l'office du temple.Il fut obligé à s'agenouiller devant le sauveurà le décorer de parures fleuriesà se frotter contre luià demander son pardonà lui quémander la richesseà l'asperger de filtres charmeursà manipuler son appendice vitalle dieu-taureau nu.Il fut ainsi digne d'être le premier chevalier templierà expier ses fautes sur le bucher de l'Inquisition.
http://nonnobisdominenonnobissednominituodagloriam.unblog.fr/